extraits
Yolande Alexandre Auteur | Author

L'Instant Duel


  • Extrait 1

Le moment est là, je suis en face de toi, mon cœur tout près du tien, 10 ans déjà.... Le feu dans les doigts, pour le simple souvenir de toi. Vincent, mon Ange, mon Aimé, mon Petit Prince, malgré moi, malgré nous.


On peut aimer plusieurs fois dans sa vie, parait-il, mais de cette façon-là, je ne crois pas!
Aimer, désirer, admirer tout à la fois, cela n’existe pas, et pourtant je l’ai vécu, j’ai été choisie, j’ai été l’élue. Je me réveille aujourd’hui chancelante, j’en perçois les contours... j’en touchais, j’en buvais l’intensité chaque jour, pleinement, impatiemment, mais je n’imaginais pas à ce moment-là le caractère unique ni la rareté de ce qui m’était donné de vivre, l’éphémère de l’Eden à jamais perdu.


S’en suivent sept ans et demi d’amour passionné, passionnel, mais la mutation de la chrysalide a commencé et ne s’arrêtera plus. Nos chemins se séparent, on ne se reconnaît plus. Entre nous, il n’est plus question d’amour. Je ne suis plus celle qu’il a aimée, ce vilain petit canard de même pas vingt ans, débarqué à Nice, échoué dans sa chambre universitaire d’à peine 9 m², en solitaire, comme l’album éponyme de William Sheller que j’écoute en boucle et qui exprime avec tant de mélancolie son désir d’être "Un homme heureux".
Je me souviens de moments très précis comme autant d’arrêts sur image : mon arrivée dans cette chambre quand ma mère m’a laissé seule, la peur panique, le silence, le vide, l’inconnu. Je ne sais même pas faire une lessive !
Puis, quelque temps plus tard : la découverte des autres comme un plongeon dans le grand bassin alors qu’on sait à peine barboter, les études, la réussite, l’amour, l’enivrante liberté et l’amitié, ce lien sacré qui me lie à jamais à celle que j’ai choisie comme ma sœur de cœur, ma Magali, ma fée clochette au cœur si grand qu’il pourrait même la perdre. Te rappelles-tu mes fabuleuses soirées dans mon loft de 9 m² lorsque je suis sortie de ma chambre, triste, au milieu de ces étudiants hétéroclites, mêlant les rires et les casseroles pleines de raviolis, mijotant sur ma vaillante plaque chauffante de 600 watts... quand à 23 h tu m’as posé cette question comme une minute de vérité ?
— Qu’est-ce que tu voudrais vraiment à cet instant précis ?
— Que Florent soit là, t’ai-je répondu.
— Alors fonce, ma chérie, aie ce courage !

Grâce à cet encouragement empli de douceur et de force, j’ai pu aller vers la vie et connaître mon premier grand Amour.

<<< RETOUR
Loading